Richard Martel est le PDG de AP International, courtier en transport depuis 2012. À cette époque, l’entreprise offrait des services de broker transport routier de marchandises au niveau local. La vision de M. Martel était de maintenir un service de qualité supérieure tout en mettant en oeuvre une stratégie de croissance : acquisition de nouveaux clients, sollicitations de nouveaux transporteurs, élargissement des services logistiques offerts… Six ans plus tard, AP International est un service de courtier en transport qui ne cesse de prendre de l’ampleur. Aujourd’hui, l’entreprise relie plusieurs continents et offre non seulement des services de broker transport routier, mais aussi en transport ferroviaire, aérien, maritime, intermodal et spécialisé.


Le portrait d’un entrepreneur qui voit grand :

Bonjour M. Martel. Tout d’abord, je tiens à vous remercier de nous accorder de votre temps ce matin.

Ça me fait plaisir!

Super. Débutons l’entrevue!  Premièrement, j’aimerais savoir qu’est ce qui vous a poussé à acheter une entreprise de broker transport, AP International, et ce que vous faisiez avant?

Avant AP International, j’ai oeuvré dans le milieu de l’informatique et du services-conseils. C’est la quête de nouvelles opportunités qui m’a mis sur le chemin de AP International. J’ai cherché à encore mieux comprendre ce secteur d’activité et de m’impliquer dans le milieu encore plus afin de créer une compagnie qui serait bien en vue dans le milieu de la logistique .

Visiblement vous avez réussis. Vous aviez une grande vision pour AP International et vous avez réussis à la mettre en oeuvre. Avant 2012, l’entreprise se concentrait uniquement sur le transport routier local de marchandises. Aujourd’hui elle relie plusieurs continents et offre une multitudes de services.

Premièrement, il ne faut jamais dire qu’on a réussi car nous sommes toujours en quête de quelque chose. D’après moi, dire qu’on a réussi est un manque total d’humilité, ce qui ne me correspond pas. Nous sommes toujours en évolution. Nous avons une belle entreprise avec, selon moi, une vision juste, mais il y a toujours tellement à faire afin de continuer notre croissance et de maintenir le cap. Donc en gros, le mot réussir, je ne l’utiliserais jamais.

Wow! C’est un point de vue intéressant.

Le seul moment où on peut dire que l’on a réussi c’est sur son lit de mort, quand on regarde en arrière et on se dit… finalement ce n’était pas pire! (rires)

Et comment avez-vous mis en marche le processus de croissance de votre entreprise broker transport? Avez-vous fait face à des défis?

La recette, sans trop entrer dans le vif du sujet, pour moi est de se concentrer sur le capital humain et savoir bien s’entourer. Encore une fois, ce n’est pas moi en tant qu’individu qui réussit, mais plutôt l’équipe au complet. Il faut s’assurer d’avoir des gens qui soient capables de travailler ensemble, ce qui est aussi un défi en soi! Un élément essentiel est d’avoir une équipe et non des individus. Une équipe qui gagne ensemble et qui perd ensemble.

En 2016 et en 2017 respectivement, vous avez fait l’acquisition de Vennex et de Tomkem transports, deux courtiers en transport. Avez-vous d’autres grands plans comme ceux-ci pour le futur?

Oui, toujours. Plus on grandi, plus l’axe de croissance et d’acquisition devient importante. Pour donner un exemple, une compagnie au chiffre d’affaire de 100 millions qui voudrait croître de 30% devrait aller chercher quelques 30 millions de dollars en une année! Une croissance organique est assez difficile alors le volet acquisition demeure hyper important. Le volet international à aussi été fondamental pour nous bien sûr, et il ne faut surtout pas oublier le bon recrutement.

Vous accordez beaucoup d’importance au recrutement.

Le recrutement devient de plus en plus difficile parce que les temps changent. Les jeunes sont plus difficiles à retenir, donc il est primordial pour une entreprise d’être attirante. C’est très important pour nous de l’être afin d’assurer une certaine loyauté… évidemment, pour cela il faut nous même être loyaux!

Parlant de changements… Vous utilisez depuis maintenant plusieurs années le module Intermédiaires en transport PRO du Logiciel Actif pour les courtiers en transport, qui est récemment devenu disponible dans le nuage, c’est-à-dire, accessible n’importe où et n’importe quand. Booking, rapports, comptabilité… Vous-y avez un accès instantané. Est-ce positif pour vous?

Le Logiciel Actif est précieux pour nous surtout dans l’environnement dans lequel nous nous trouvons. Parce qu’il est web based, il est complètement flexible. Il nous permet de penser à de nouvelles façon de croître.  

Est-ce que cet outil a changé votre façon de travailler maintenant que vous n’êtes pas limités à votre bureau?

Oui, tout à fait! Je vous donne un exemple… un peu en primeur! Nous annonçons l’ouverture d’un tout nouveau bureau de AP International à Québec. Il aurait été très difficile ou voire impossible pour nous d’ouvrir un bureau à l’extérieur de Blainville sans l’accès à la nouvelle plateforme en ligne du Logiciel Actif.

Finalement, auriez-vous un conseil à donner à des entrepreneurs qui rêvent d’avoir un jour leur propre entreprise, ou à ceux qui souhaitent faire croître la leur?

On rencontre souvent des gens qui disent vouloir faire croître leur entreprise mais qui, en réalité, ne le souhaitent pas réellement. Il faut comprendre qu’il y a des coûts associé à la croissance! Travailler 25 heures par semaine et continuer de grandir rapidement, ça ne fonctionne pas. Pour ceux qui le veulent vraiment, il faut avoir le goût et il faut inspirer les gens autour de soi. Seul tu vas vite mais en équipe tu vas loin. C’est un dicton que j’aime beaucoup.

De sages paroles! Je vous remercie de m’avoir accordé cette entrevue M. Martel.

Merci à vous!