Depuis près de trente ans, Christian Beauregard est un associé principal chez Beauregard & Breault, une société de comptables professionnels agréés à Blainville membre du Groupe Servicas, qui offre des services comptables et fiscaux complets pour les PME. Aujourd’hui, M. Beauregard nous partage son parcours d’entrepreneur, l’influence de son père sur ses choix professionnels, l’impact de l’évolution technologique sur sa profession ainsi que l’importance de sécuriser ses échanges d’informations confidentielles en tant que comptable.

 

Portrait d’un entrepreneur qui a les affaires dans le sang :

Bonjour M. Beauregard, premièrement je veux vous remercier de m’accorder de votre temps ce matin.

Ça me fait plaisir, merci à vous.

Pour commencer, pouvez-vous nous parler de vos expériences professionnelles avant d’ouvrir votre cabinet? Et pourriez-vous nous raconter votre parcours pour en arriver là?

J’ai commencé chez Samson Bélair, où j’ai travaillé six ans. Bien avant cela, quand j’étais plus jeune, je travaillais sur la ferme de mon père. Je m’étais mis sur pied une petite entreprise où je vendais des légumes, et c’est de cette façon que j’ai payé mes études. J’ai reçu mon premier chèque en secondaire un, on peut donc dire que j’étais déjà en affaires à 12 ans! J’ai gravi les échelons chez Samson et Bélair et la prochaine étape était de devenir associé, mais j’en ai surpris plus d’un quand j’ai quitté pour fonder mon propre bureau en 1990. Je serai toujours en affaires parce que c’est essentiel pour moi d’être mon propre patron.

Selon vous, quelle est la plus grande différence de travailler pour soi-même, versus travailler pour un employeur?

Je peux dire de moi même que je fais parti des anciens comptables qui travaillent beaucoup. Mon père disait souvent qu’il vaut mieux travailler fort pour nous même que pour un employeur. Tant qu’à travailler beaucoup, je préfère mettre mon temps dans ma propre entreprise. La plus grande différence, et le plus grand atout surtout, c’est de n’avoir aucun compte à rendre à personne et d’avoir un plus grand contrôle sur son temps et sa vie. Ça n’a pas de prix!

Bien sûr, avoir sa propre entreprise demande beaucoup d’effort, mais une fois sur pied, c’est super. Mon garçon, qui est au HEC en entrepreneuriat, veut lui aussi être en affaires. C’est quelque chose qui se transmet de génération en génération dans notre famille! Nous sommes entourés de personnes qui ne se fient pas sur les autres pour vivre. C’est très valorisant.

Pourriez-vous nous dire qui sont vos clients et quels types de services vous leur proposez?

Nous sommes un bureau standard de comptables donc nous offrons la tenue de livres pour certains clients qui n’ont pas de comptable à l’interne, nous nous occupons des impôts personnels de nos clients commerciaux, dans le cas de décès nous réglons les successions, nous préparons aussi des états financiers, des avis aux lecteurs, des rapports de missions d’examens et de missions d’audits. Mais nous faisons aussi de la planification et de la gestion, et nous répondons à beaucoup de questions de la part de nos clients.

Certains clients m’appellent avec des questions du genre : “Je suis avec le banquier et il veut savoir la date de telle ou telle transaction?” Ça me fait toujours rire qu’un client me pose des questions sur sa propre vie! Certains d’entre eux sont avec moi depuis près de 34 ans, donc du point de vue des chiffres et des transactions, je connais très bien leur entreprise.

L’avantage d’un petit bureau!

Oui, en effet. Un client une fois m’a dit qu’il préférait être un poisson rouge dans mon aquarium qu’une baleine dans l’océan de Samson Bélair. Chez Beauregard & Breault, il sait qu’il aura toujours à faire aux mêmes personnes qui le connaissent, lui et son entreprise.

Dans plusieurs secteurs, la technologie change la façon dont les entreprises fonctionnent et livrent leurs produits ou services aux consommateurs. En quoi l’avancement technologique a-t-il modifié votre métier ou votre façon de travailler?

Les premiers gros changements pour moi étaient chez Samson et Bélair. Ils avaient acheté deux ordinateurs portables – ceux avec le tout petit écran vert monochrome – qui pesaient une tonne!  Je suis resté plusieurs soirs au bureau à tenter d’apprendre à faire des déclarations d’impôts par ordinateur. Ce n’était pas simple à cette époque, mais j’ai vraiment toujours aimé être à la pointe du développement. C’est pour cela que nous utilisons le module Servi-Secur du Logiciel Actif, d’ailleurs!

Le bureau du futur est un bureau sans papier, où toute l’information est dans le nuage. Nous devons protéger nos informations confidentielles. Quand on envoie un document confidentiel par courriel, on ne s’en rend pas compte, mais n’importe qui pourrait l’intercepter.

C’est vrai que beaucoup d’entre nous ne sommes pas assez conscients des risques concernant les informations confidentielles en ligne. L’échange de documents confidentiels est extrêmement fréquent dans votre travail. Selon vous, est-ce essentiel que l’échange d’informations confidentielles soit sécurisé et pourquoi?

Oui, c’est essentiel. Je sécurise mes échanges d’informations confidentielles depuis quelques années, mais l’Ordre des CPA du Québec ne nous l’oblige pas encore, quoi qu’ils recommandent d’utiliser un logiciel afin de se protéger des risques associés à l’échange de documents confidentiels. Je remarque un peu de réticence à changer sa façon de faire et d’utiliser des logiciels comme Servi-Secur ou Docurium quand on est pas obligé de le faire, mais c’est la vie, il faut se protéger. Nous dépendons de nos données! Tôt ou tard ce genre de protection sera obligatoire, alors je préfère être un précurseur. De plus, nous aimons travailler avec Servi-Secur.

Pour conclure… Pourquoi avez-vous choisi le module Servi-Secur du Logiciel Actif pour vos transferts d’informations confidentielles?

Nous sommes avec Servi-Secur depuis près de quatre ans… J’aime bien qu’il ait été développé par des comptables, pour des comptables. Il s’adresse bien sûr à tous les professionnels, mais il me semble que les comptables nous ayons à échanger encore plus d’informations confidentielles puisque nous travaillons souvent avec le numéro d’assurance sociale. De ce côté, Servi-Secur répond vraiment à nos besoins, et je crois que le logiciel prendra une bonne place du marché parce qu’il est facile d’utilisation, convivial, et qu’il est relié à plusieurs autres modules dans Actif.

Les logiciels infonuagique comme Docurium et Logiciel Actif font partie de l’avenir des comptables. Grâce à Servi-Secur, je n’ai plus à envoyer de backups, plusieurs choses se font automatiquement et j’ai beaucoup moins de données dans mon ordinateur, c’est merveilleux.

Je vous remercie de vos réponses éclairantes M. Beauregard. Bonne journée! 

Merci à vous!